« I would be most impressed by Hantaï’s partner for the evening, harpsichordist Maude Gratton… Gratton proved herself a steadfast partner, with a crisp sense of articulation and a tendency to drive movements ahead in pace. One sensed that the fluidity of her technique made her chomp at the bit. (…) It has a suave, noiseless sound that made for very enjoyable listening when the program, played without intermission, was extended at this point with two pieces for harpsichord. (…) its virtuosic whirls of arpeggiation showed the ultimate facility of Gratton’s technique ».

« L’ouverture des concerts de midi, traditionnellement réservés aux cantates de Bach, par une sonate en trio du même, confiée à la nouvelle étoile de l’orgue, la jeune Maude Gratton, (…) titillant l’écoute dans un magnifique répertoire. »

« Avec le concert de Maude Gratton, on peut se poser la question : « est-ce une enfant prodige ? » A 13 ans, elle surprend son professeur d’orgue du CNR, Dominique Ferran, qui n’en revient pas d’avoir une telle élève. (..) Penser qu’une enfant de 13 ans, devant un tel instrument qu’est l’orgue, peut vous bouleverser est quand même extraordinaire. (…) Maude Gratton, un nom à retenir, une enfant à suivre. »