« Maude Gratton avait été sous les chandelles l’an dernier la partenaire remarquée de David Grimal. Son retour, sur un clavecin tout frais et d’une magnifique plénitude, signé Philippe Humeau, a valu la redécouverte éblouie d’une oeuvre restée rare. Rien ne fait peur aux intrépides vingt-cinq ans de la jeune interprète, stupéfiante d’aisance et de maturité. L’univers tourmenté de Wilhelm Friedemann y est visité dans la versatilité de ses visages tout autant que dans un mouvement d’ensemble qui en résout les contradictions et en restitue la vie. »

« Il est des artistes familiers du Festival qui laissent le soin à leur jeu d’exprimer tout leur talent. Tel est le cas de Maude Gratton, discrète personne, mais dont les prestations à Saintes depuis trois ans ne sont nullement passées inaperçues. Les festivaliers se souviennent, lors d’un récital l’été  dernier, d’une formidable interprétation d’une Fantaisie de Mozart à l’orgue historique de la cathédrale Saint-Pierre. »